Les préparations biodynamiques

Ce qui fait la spécificité de l’agriculture biodynamique, c’est principalement l’usage de produits auxiliaires ou « préparations ». Ces préparations ont été mises au point à partir d’indications données par Rudolf STEINER.

Il existe six préparations à ajouter au compost, deux sont à pulvériser sur les cultures. Quatre d’entre elles servent à dynamiser et vivifier les composts lors de leur élaboration. L’une est à pulvériser sur le sol et l’autre est à pulvériser directement sur les plantes pendant le croissance.

Ces six préparations sont élaborées à partir D’achillée millefeuille, de camomille, d’ortie, d’écorce de chêne, de pissenlit, et de valériane. Elles sont dénommées par des numéros allant de 502 à 507 pour les plantes. Il existe aussi une préparation 508 qui est constituée de prêle des champs (Equisetum arvense), on l’utilise  en décoction (plante fraîche, non séchée) puis on l’asperge pour lutter contre les maladies cryptogamiques et certains parasites. La 508 n’est pas vraiment une préparation car elle est utilisée en plante fraîche contrairement aux autres qui sont séchées auparavant.

Les préparations vont être incorporées à de l’eau tiède pour pouvoir être pulvérisées. C’est ce que l’on appelle la dynamisation. Elle est réalisée grâce un outil appelé « dynamiseur ».

s

L’appareil est équipé d’un moteur monophasé 220 volts. Son prix est de 1.480 € H.T.

Cet appareil permet de dynamiser de 45 à 270 litres de préparation biodynamique.

Les dynamiseurs existent en bois, en cuivre ou en terre cuite.

C’est une cuve qui va faire tourner l’eau d’une manière bien précise et crée un vortex pour permettre à l’eau de s’imprégner des vertus de la plante. C’est se que l’on nomme « La mémoire de l’eau ». Rien n’est concrètement prouvé mais l’idée est que l’eau qui a été en contact avec une substance conserve les propriétés de celle-ci.  La pratique biodynamique utilise de l’eau tiède pour les dynamisations et de préférence de l’eau de pluie.

image biodynamie

Mouvement de l’eau crée par le vortex lors de la dynamisation.

La dynamisation est obtenue grâce à un circuit oléodynamique. L’eau va être propulsée par des pales dans un sens et donc crée un tourbillon, pendant un certain temps, selon le type de préparation que l’on veut dynamiser, et le moteur va ensuite se couper (la pause) et reprend le mouvement dans le sens inverse (contre tourbillon). L’énergie nécessaire est fournie par une centrale où tous les dispositifs électriques ont été confinés. Pendant l’utilisation du dynamiseur, il faut absolument éloigner la centrale du récipient. Le contact avec les champs électriques sera mauvais pour la mémoire de l’eau. Les équipements utilisés sont marqués CE et respectent toutes les normes de sécurité prévues par la loi.

Une fois la préparation dynamisée, on la filtre pour que celle ci puisse être pulvérisée dans les vignes. Par exemple pour la dynamisation d’une préparation 500, la bouse de corne est un terreau que l’on va mettre dans la cuve, on dynamise le tout pendant 1 heure. Ensuite une fois que l’eau s’est imprégnée des propriétés de la préparation 500, il faut la filtrer à l’aide d’un tamis, pour ne pas que les particules bouchent le pulvérisateur.

Liste des ingrédients utilisées pour les préparations biodynamiques

La prêle (Equisetum narvense)

La prêle des champs (attention il existe plusieurs espèces)
Cette plante est utilisée car elle a un effet anti-cryptogamique. Elle diminue l’effet de la lune dans le sol, laquelle tend à faire grimpée les cryptogames (champignons, lichens, algues…) dans la vigne surtout au moment des périgées (lorsque la lune est au plus proche de la terre).

L’ortie (Urtica Dioïca)

L’ortie a de multiples effets. Elle agit sur la  végétation et sur la résistance de la plante aux attaques parasitaires. Le mieux est d’utilisé des orties fraîches (l’ortie piquante)
Efficaces sur les parcelles attaquées par les acariens
L’ortie contient de la potasse, du magnésium, du calcium et du fer.
C’est pour cette raison qu’elle agit très bien sur les chloroses (carence de fer)
Elle renforce l’action du soleil (favorise la photosynthèse)

L’osier (Salix) et le Saule

L’osier et le saule contiennent de grandes doses d’acide salicylique.
Elles accompagnent généralement d’autres tisanes, l’osier est complémentaire de l’ortie
Elle renforce l’action en profondeur de l’ortie

La Camomille (Matricaria chamomilla)
La fleur de matricaire tempère les excès climatique (excès de chaleur, sécheresse, froid, pluie…)

La valériane (Valeriana offecinale)

Renforce la résistance au froid

La 500

La 500 (bouse de corne) elle est confectionnée à base de bouse de vache qui est introduite dans une corne puis enterrée durant un long laps de temps. La bouse se transforma en humus naturel. Elle favorise l’enracinement vertical (vers le centre de la terre). Elle stop le processus de décomposition et donc la plante peut alors assimiler l’azote contenus dans le sol. Elle est pulvérisée par gouttelettes sur le sol.
La 500 + l’ortie a des effets spectaculaires sur les vignes qui sont atteinte du court nouées et les vignes faibles. Elle multiplie la reproduction végétale et l’effet solaire (la photoshythèse).

La 501

La 501 (silice de corne). Elle est élaborée à partir de quartz (silice cristallisée) très finement réduit en poudre.

Les cendres

Cette technique consiste a épandre dans les vignes des poivres d’insectes ou des cendres d’insectes (issus du brûlage de ces insectes). Ce qui fait fuirent les autres insectes qui « sentent, ressentent » la mort.
Régulation des attaques d’insectes.

Dans Viticulture et environnement avec les mots clés .